Archives de Tag: éditions de l’olivier

Un roman époustouflant: « L’histoire d’un mariage » d’Andrew Sean Greer

Tout dans ce roman laisse coi…

Et pourtant, il faut en parler pour que chacun ait envie de se plonger dans cette lecture atypique.

Il s’agit bel et bien de l’histoire d’un mariage, celui de Pearlie et Holland. Deux jeunes américains, noirs, dans l’Amérique des années 50.

Et c’est bien plus que ça, que le portrait d’un pays à un moment donné, que la peinture des sentiments d’un  couple tiraillé entre les désirs de l’un et de l’autre…

C’est une écriture, non pas flamboyante ni ciselée mais juste, profonde, précise.

C’est une tension narrative qui entraîne le lecteur avec douceur dans un récit intense. Sans hâte mais avec assurance.

C’est une très belle histoire d’amour au-dessus de toutes les conventions.

C’est une lecture dense sans concession.

Beaucoup d’émotions contenues dans ces pages, contenues dans le corps des personnages…

Voici un roman d’une grande maturité, le deuxième traduit en France de cet auteur qui aborde tout juste la quarantaine: impressionnant!

Retrouvez sur le site « fluctuat.net » un entretien avec ce dernier lors de sa venue en France pour le festival « les Belles étrangères 2009 ».

Chapeau bas à la traductrice Suzanne V. Mayoux.  Sa version sonne si juste qu’elle titille la curiosité et donne envie de lire le roman dans sa langue natale même si c’est une pratique qui m’est étrangère (sans jeu de mots).

Publicités

Tous aux abris, roman fracassant: « A l’abri de rien » d’Olivier Adam

A l'abri de rien d'Olivier Adam - éditions de l'Olivier 2007

La lecture file et défile au rythme de  mots  soigneusement choisis.

Pourtant, le parallèle entre la chute de Marie, épouse et mère à la dérive, avec la situation inhumaine des sans-papiers de Sangatte est dissonante.

Je ne comprends pas le personnage de Marie, il ne m’atteint pas, ne me touche alors que je me prends de plein fouet le destin de ces hommes échoués dans notre pays.

Quelle est notre part de responsabilités à tous, citoyens français, le pays des Droits de l’Homme, dans la façon dont sont reçus, perçus, traités, insultés des personnes qui ont déjà tout perdu?

C’est un outrage fait à notre démocratie.

En ce sens, ce livre est très fort et restera marqué en moi au fer rouge.

Marie restera le prétexte à la dénonciation. Elle s’effacera de ma mémoire de lectrice sans heurt et sans regret.